Tuyau pour petit bonheur...

Comme tous les weekends nous rejoignions Gavroche.

Cette fois se sera pour trois jours !

La liste des choses à faire semble extensible, alors il faut trier en fonctions des paramètres tels que finances, météo, temps disponible, et compétences requises.

Pas besoin de tableau xl, tout est dans la tête.

Donc las de voir l’eau des réservoirs se vider et rincer toutes les semaines les fonds. Décisions d’entreprendre les travaux de canalisations. Changer les tuyaux d’admission qui datent visiblement de la construction du bateau soit 28ans.

Les tuyaux cannelés sont tapissés d’une couche noirâtre qui n’insiste pas vraiment à la dégustation. Même avec force goutes de javel dans les tanks je ne vois pas vraiment comment rendre l’eau comestible ?

Les réservoirs eux semblent avoir été changés.

Un bon truc pour vendre et revendre des réservoirs : surtout poser directement sur le fond de l’équipet, le réservoir. La liaison bois et joint fibre de verre viendra jour après jour entailler gentiment les bâches.

La solution ? Passer la main sur le fond là où ca pique, là où c’est rugueux poncer un peu jusqu’à se soit lisse. Enfin pour plus de sécurité déposer un bulgomme ou autre bâche entre le fond et le réservoir

Après il reste a réinstaller les nouveaux tuyaux et surtout les fixer au coudes sur le réservoir. Réparer les réservoirs semble plus simple. Une bonne colle (au prix du pot se ne peut qu’être bon !) Vingt kilos de plomb de nos ceintures de plonger en statue art déco nouveau jusqu’à demain matin sur une rustine (grand garçon)

Voilà c’est simple non ? Rien de compliqué, ben non la preuve : c’est au moment du remplissage que l’on voit seulement si c’est bon.

Non pas forcément au moment juste là où l’on traque la moindre gouttelette suspecte et où il faudra hurler « COUPE !»

et plus bas (tous un tas d’injures nouvelles et si possibles des plus imagées)

Sortir du bateau prendre un peu l’air- prendre les amarres d’un voisin qui part en mer, ( avec son bateau tout neuf… quelle tristesse !!!!)

Redescendre au fond plonger la tête sous le réservoir avec la frontale et un rouleau d’essuie tout (on est en Belgique !) Démonter la liaison avec le tuyau après avoir tout vidangé !

Amener le chauffage au fond pour sécher les fonds - inutile de prendre le décapeur thermique !

Oui oui, j’ai quand même essayé…. Recommencer encore et encore.

Sortir un peu quand même, aider le voisin à s’amarrer. Bonne journée hein ? Mmm, OUI c’est SUR ! (Tu l’as dis bouffi !)

S’enfuir au fin fond du navire, cacher sa joie

au fond d’un équipet , se mettre à l’affut prêt à bondir, prêt à hurler.

Sa rage, son désespoir, sa vieillesse ennemie qui nous fait craquer les articulations de partout ! Tiens il fait nuit.

Ca à l’air de tenir ?

Vas y continue à remplir. La poche se gonfle, se gonfle, se gonfle, se gonfle encore …. Là je pense à la grenouille ! Se gonfle encore de façon indécente, arrive maintenant à ras des boiseries qui supportent les couvercles des assises du carré. En voyant cela je me dis : « si ca pète ! »

Le repas du soir se fera en silence en scrutant en face de nous le grand coffre qui restera ouvert jusqu’à demain matin. Au matin nous pouvons constater que ca tient ! Que tout est sec. DESSUS !

En dessous ce n’est pas grand-chose juste un petit suintement. Faire le nécessaire : vider- resserrer le coude- re remplir- attendre- scruter- sortir un peu aider les voisins à sortir…..

Et làs, très làs contempler d’un air idiot ce travail et se dire que quand même c’est beau des réservoirs ….

Je plains ceux qui ne savent pas ce que représente un geste tout simple qui consiste à contempler les fonds

SECS.

Ah, la plaisance ! Chut, il y en a qui nous envieraient…