Naviguer en hiver ?

Naviguer en hiver ?

Nous l’avons fait. Gavroche est maintenant au BRYC à Bruxelles.
La trace Roompot Bryc

Pour accélérer un peu les travaux, ce sera moins loin aussi. Le trajet s’est fait sur trois jours. La première escale jusqu’à Hansweert et à la sortie de l’écluse nous y avons passé la nuit.

Faute du chauffage Eberspacher pas réparable nous avions embarqué un petit chauffage au pétrole.

Heureusement ! 

-8° la journée c’est déjà pas terrible alors le soir il vaut mieux avoir un petit peu de chaleur.

La navigation en soit n’a rien de difficile, des bonnes cartes à jour, et respecter la réglementation. Aucun bateau de plaisance, juste des péniches et autres cargos et portes containers qui sont prioritaires et de toute façon, qui passent !

La partie de L’Escaut au dessus d’Anvers est très sauvage et donc très belle en hiver. Quelques bateaux de pécheurs amarrés sur les berges, des bancs de sable font penser que pour être là avec ces températures c’est qu’il doit y avoir du poisson !

Les vacations Vhf se font aussi bien en néerlandais qu’en anglais sans trop de soucis. Français ? Non faut pas trop rêver, sauf au Buda Brug à moins d’un km du BRYC donc sur Bruxelles.

Les matins avaient cette lumière magique d’hivers                                Un éclairage qui se mérite !

La nuit, par habitude, je faisais une ronde de contrôle à l’extérieur de Gavroche. De longs bâtiments chargés de containers glissaient sans trop de bruit tout près de nous. Instants magiques, presque de privilégiés.

A l’intérieur une température acceptable, c'est-à-dire qu’il faut prendre le contexte -8° à -10° en extérieur.


A +5° c’est parfaitement acceptable, et à +10° c’est carrément du luxe. Les quelques degrés supplémentaires gagnés font partie de l’orgie… Le plus difficile à gérer c’est la condensation, lorsque l’on sent un fin filet d’eau à la limite de la gelée gentiment qui descend le long du vaigrage et vient finir le long du dos, sous la couette.

Extase ? Il ne faut pas exagérer… Impression d’être un explorateur bloqué sur la banquise.

Impression de solitude aussi, mais pas désagréable. C’est vrai qu’en trois jours nous n’avons guère vu de nos congénères. Personne sur les passerelles des cargos, encore moins sur les ponts des péniches et autres portes containers. Nous devinions plus que voyions la silhouette des mariniers qui nous saluaient bien au chaud dans leurs cabines de pilotage.                               La facilité (relative) de voir une péniche de plus de 90 m aborder la courbe du fleuve et entrer dans l’écluse. La classe !                               Les oiseaux aussi, partout.




Même si nous ne connaissions pas la marque de chacun d’eux. Bref des ….. Oiseaux !

Regarder les canards atterrir en douceur à la surface de l’eau.

Les regarder se déplacer de quelques mètres et nous laisser passer.

Des canards en file indienne pas du tout effrayés par notre passage à portée de plume…

Des cormorans qui venaient grappiller en plein vol à l’arrière du bateau le pain presque congelé.

Gavroche qui glisse sur le fleuve fumant avec juste une petite moustache à l’étrave, comme pour ne pas déranger.

Et nous, silencieux, immobiles à la barre, malgré le froid. Les écoutes et les amarres sont continuellement gelées et formes des sculptures surréalistes.

Au bout du deuxième ou troisième arrêt dans une écluse nous mettions ce froid à notre avantage : une amarre gelée est plus facile à utiliser pour attraper un bollard. La traversée des villes est aussi un moment privilégié. Les badauds emmitouflés sur les berges d’Antwerpen qui nous font signe.

Cette ville que je connais bien (pour y avoir habité) est, vue du fleuve, différente.

La cathédrale d’Anvers vue d’ici avec en premier plan la grande roue de la fête foraine près des quais.

                               Savourer en silence. Goûter à cet instant de privilège.

Destins qui se croisent.

Tout près et à des années lumière, loin de la civilisation, seuls dans le froid, face à ces villes temples de la surconsommation surtout en ces périodes de fêtes de fin d’année. Privilège de sensation de solitude.

Envie aussi de vouloir faire partager à d’autres, des gens choisis parmi ceux que l’on apprécie. Et ne rien dire simplement regarder.

Parfois il ne faut pas aller très loin pour REGARDER.

D’autres partent à l’autre bout du monde, et ne font que VOIR.

Un fleuve c’est un peu comme un couloir du temps à travers nos villes, à travers nos vies, c’est intemporel.

Commentaires

1. Le lundi 12 janvier 2009, 10:15 par cath

ça donne envie de faire ça aussi "une fois"
en fait hiverner "en ville" a aussi des avantages
quel beau reportage

2. Le lundi 10 août 2009, 23:15 par mouislouis

merci pour ce topic, mais faut que les mentalites change!

3. Le vendredi 18 septembre 2009, 02:12 par eaudouce

une joli maniere de penser :) une bonne idee merci, bonne continuation

4. Le lundi 19 avril 2010, 13:59 par plombier paris

Très intéressant comme article.
J'ai fais un petit tour et j'aime beaucoup votre blog, continuez ainsi ;)